EDVO : son histoire, son évolution, ses espoirs … et de nombreuses vies sauvées depuis 24 ans.

1. Le fondateur, Jean-Paul BRUNEAU

Jean-Paul BRUNEAU est un ancien policier.

Entre 1980 et 1987, il est chargé des affaires des mineurs et des affaires de stupéfiants(Avec une formation de PFAD « Policier Formateur Anti Drogues ») sur la circonscription de Montmorency puis sur celle de Deuil la Barre (Val d’Oise). A titre professionnel et parallèlement à titre bénévole, il intervient en prévention dans le milieu scolaire, en formation et participe à de nombreux séminaires et conférences tant en France qu’à l’Etranger.

Il adhére à la FNAPT(Fédération Nationale des Associations de Prévention des Toxicomanies) créée dans les années 80 par des Rotariens(Commissaire René Galy à Nice, Docteur Roger Aguillaume à Fontainebleau, professeur Jean-Pierre Anger à Rennes et Henry Corretel à Lyon) et intervient en qualité de conseiller technique à titre associatif. Il développe des actions de formation d’acteurs de prévention auprès des Associations membres de cette Fédération à l’échelle Nationale.

Il anime aussi bénévolement un premier groupe d’entraide de parents victimes des problèmes d’addiction de leurs proches(ce groupe de paroles réservé aux proches du malade d’addiction fonctionne toujours au 4 rue Gallieni à Montmagny et animé par une Administratrice d’EDVO formée pour cette mission).

2. La naissance de l’EDVO

Après avoir orienté et suivi bénévolement plus d’une trentaine de toxicomanes pour les amener à se soigner avec succès, Jean-Paul BRUNEAU crée en 1987 deux associations aux fonctions complémentaires :

– L’APRET : Association Pour la Réinsertion des Ex-Toxicomanes (2 maisons louées pour 10 places d’hébergement à Montmagny, une première épicerie sociale en sous-sol pour les pensionnaires et les familles en difficulté de la commune).

– EDVO : Espoir du Val d’Oise (pour les actions de prévention dans le département) avec le soutien des Rotary et Lions Clubs de la région parisienne.

Il dirige ces deux associations bénévolement en parallèle de sa fonction en police nationale.

En 1988, étant devenu formateur dans plusieurs disciplines auprès des policiers du Val d’Oise, il est affecté à la DDSP 95 en brigade départementale des stupéfiants et des mineurs. En 1990, il devient responsable du CDSF (bulle : Centre Départemental de Stage et Formation) pendant 7 ans, puis il met en place et encadre durant deux ans, à la DDSP 95, le service Prévention Communication, chargé des actions prévention police sur l’ensemble du Département. Il est ensuite détaché auprès de l’ANAS(Association Nationale Action Sociale des personnels de la police nationale et du Ministère del’Intérieur) où il crée le réseau « toxicomanie solidarité » avec deux de ces collègues qu’il a formé pour venir en aide aux membres du Ministère de l’Intérieur en difficulté, confrontés à un problème d’addiction chez un de leur proche.

En 1993, les deux associations APRET et EDVO fusionnent sous une même dénomination (bulle : JO n°5 du 3 février 1993) Espoir du Val d’Oise (E.D.V.O.) sous la présidence de Jean-Paul BRUNEAU.

Depuis 1987, ses nombreuses conférences et formations faites dans différentes régions de France, souvent avec l’organisation des Rotary clubs locaux, ont abouti à la création d’associations par les acteurs de terrain qu’il a formé(Le Phare 69 à Lyon , Pour une Jeunesse sans drogue à Toulon, EFAIT à Lorient, ADELT 89 à Sens, Vigilance à l’Isle Adam 95, Stop à la drogue à Lille, Merci la vie à Montmagny,…) bon nombre de Rotariens(Henri Corretel à Lyon, à Roanne, dans le beaujolais…, François Momeux et Jean-Pierre Anger sur les départements bretons, Michel Pinchon dans l’Aube, Jean-Michel Crinière dans la Mayenne) sont devenus des intervenants en prévention et ont permis à EDVO d’assurer tous les ans, dans plusieurs départements, la prévention en milieu scolaire.

Jean-Paul Bruneau intervient également au Sénégal pour la formation d’acteurs de prévention et EDVO parraine l’Association PEIC Marilou à Tivaouane depuis 2002.

Retraité depuis 2004, le Président d’EDVO, Jean-Paul Bruneau a continué d’assumer la fonction permanente de Président bénévole .

3. L’évolution depuis 1993

L’association s’est orientée de plus en plus vers la prise en charge des malades dépendants (stupéfiants, alcool,….) choisissant l’abstinence plutôt que la substitution, s’appuyant sur la méthode dite Minnesotta.

EDVO bénéficie d’un agrément pour l’hébergement temporaire, avec principalement des subventions ALT(Allocation Logement Temporaire) de la DDASS et du Conseil Général et FSL(Fond Solidarité Logement) du Conseil Général.

L’activité centrale, à laquelle se consacrent les 10 salariés d’EDVO, consiste en :

  • l’accompagnement à l’accès des structures de soins

  • l’hébergement sur 26 places des sortants de cure pour une durée de 6 à 12 mois

  • l’accompagnement social en vue de la réinsertion sociale et professionnelle avec abstinence de tout produit modifiant le comportement, ceci, jusqu’à l’autonomie ou l’accès aux appartements thérapeutiques

L’EDVO oeuvre aussi à développer des actions de prévention auprès des mineurs et des parents.

La prévention concerne chaque année environ 9 000 à 10 000 élèves et une centaine de professionnels pour les formations.

Les activités périphériques d’EDVO apportent un service ou une aide financière à l’activité centrale précitée ; ces activités périphériques sont essentiellement animées par des bénévoles sous contrôle des salariés ou du Directeur bénévole, à savoir : Prévention en milieu scolaire et auprès des parents d’élèves, formation d’acteurs relais, groupe d’entraide Parents, point écoute Parent/Adolescent, accueil des mineurs en réparation pénale et des majeurs condamnés T.I.G. , atelier informatique, épiceries sociales.

Les actions de prévention et de formation d’EDVO sont demandées sur l’ensemble du territoire ; elles sont gérées par le Président (titulaire du D.U. toxicomanie-dopage de la Faculté de Médecine d’Angers et plus récemment en 2012, du D.U. « Addictions cliniques des risques et dépendances » de l’Université Paris Diderot – Paris 7) ainsi que par des professionnels missionnés par EDVO pour pouvoir satisfaire toutes les demandes.

Nous travaillons en réseau avec des partenaires que nous avons choisi au cours de ces 24 années de pratique.

Depuis, notre programme de suivi des personnes hébergées (26 en hôtel social, plus 8 places grâce à une extension  sur notre propriété de Montmagny + 9 en appartement) sortant de cure pour la majorité, s’appuie sur une dynamique d’entraide et de redynamisation ; soit en moyenne 70 à 90 personnes par an.

Actuellement nos 26 places sont agréées en ALT (Allocation Logement Temporaire) mais nous avons perdu l’agrément FSL sur 26 places depuis 2008 en raison du changement du cahier des charges imposé par le Conseil Général du Val d’Oise. Il nous a cependant attribué une subvention exceptionnelle en 2008 renouvelée en 2009 « mais supprimée en 2010 » dans l’attente d’un Agrément différent correspondant à notre spécificité, mais à trouver par nos soins !

Notre prix de journée est le plus bas parmi toutes les autres propositions d’hébergement dans le département

Par notre travail en réseau, avec des partenaires choisis, nous avons mis en place un formidable « outil » de réinsertion qui permet le retour à une autonomie sociale et professionnelle durable pour les deux tiers des personnes ayant suivi l’intégralité du programme.

4. Nos mécènes

En 2008, l’Association perdant la possibilité de créer une Communauté Thérapeutique, se retrouve dans l’obligation de renouer avec les agréments initiaux et se trouve en difficulté financière provisoire.

Nathalie AUBERT, thérapeute à EDVO, nous présente alors son frère, Jean-Louis AUBERT artiste bien connu, qui décide de nous faire un don de 30 000 € via l’association « Les aventuriers d’un autre monde » pour le fonctionnement d’EDVO.

En 2009, Jean-Pierre DETEIX, thérapeute à EDVO, nous présente un de ses amis, Monsieur Michel TROLLE. Sensible aux valeurs que défend EDVO, il crée la Fondation SEVEN EMM pour nous aider pendant 5 ans, à hauteur de 30 000 € par an, afin qu’EDVO poursuive son œuvre en faveur des sortants de cure et surtout pour le suivi ambulatoire des personnes en grande difficulté avec une addiction.

En renouvelant chaque année ce don important pour EDVO, il contribue grandement à la réussite de notre action.

En 2010

Au titre de son amitié avec Jean-Paul BRUNEAU, Président d’EDVO, Monsieur André BOISSIER, dans la continuité de l’action menée par sa mère, Marie Françoise BOISSIER « Rotarienne au club d’Enghien-Montmorency, membre fondateur d’EDVO, décide d’aider notre association via sa société « U les Nouveaux Commerçants », avec un don de 30 000 € destiné à la réalisation de nos 9 places supplémentaires.

Depuis 2010, pour notre approvisionnement alimentaire des épiceries sociales, le Rotary Club de St Gratien nous a fait don d’un camion master Renault et contribue à notre action en faveur des plus démunis par des collectes alimentaires .

En 2011

Notre marraine auprès de Vinci, Danièle CORDY, Vice-présidente d’EDVO, nous permet de sensibiliser la Fondation VINCI pour la Cité pour soutenir notre projet de création des 9 places supplémentaires, qui vient de nous accorder un don de 26 000 €.

En 2012

Grace au soutien d’un membre de l’association ADEA, Odile Dremière Durosoy et de son gendre Guillaume Jouin (Association de Défense et d’Entraide des Andevilliens, créée en 2009 et dirigée par Jean-Paul Bruneau, « adea.andeville.over-blog.fr », Association parrainée par EDVO), nous avons l’accord d’un don de participation à hauteur de 50 000 euros de la Fondation du BTP pour la réalisation de nos 9 places supplémentaires sur 2013.

Fin 2012, EDVO a reçu deux importants soutiens ; celui de Françoise De Gail, membre adhérente à notre association, généreuse donatrice de 10 000 euros et celui de la Fondation des Lions Club de France qui héberge désormais EDVO comme association membre pour recevoir des dons et legs.

5. Le Futur d’EDVO

Depuis 2011, nous avons développé notre partenariat en direction des entreprises et des collectivités territoriales pour offrir nos prestations et notre savoir faire en prévention sous la forme d’un « Mécénat de Sécurité ». Cette proposition de service dans le monde du travail, correspond à l’un des objectifs du Plan Interministériel de la MILDT, notamment dans la partie ciblant le domaine des addictions et de la sécurité dans le milieu professionnel. Nous travaillons sur la prévention, la sécurité et la formation d’acteurs relais et apportons notre savoir faire au sein de l’entreprise, en vue de réduire les conséquences directes liées à l’usage des produits psycho-actifs dans le milieu du travail.

Nous remplissons actuellement une mission d’intérêt général, en accueillant des sortant de cures SDF, venant de toutes régions, choisissant notre structure pour sa spécificité. Ces personnes étaient initialement très marginalisées et très « abimées » physiquement et psychologiquement.

EDVO a fait le choix de suivre essentiellement les sortants de cures, dans la continuité de centres de soins pratiquant une thérapie Modèle Minnesota 1 ; thérapie reconnue pour son efficacité à travers le Monde. Ce modèle de prise en charge spécifique est majoritaire dans les Pays Anglos saxons et s’implante de plus en plus en Europe en dehors de la France. Notre type de prise en charge correspond à près d’un tiers des demandes des malades dépendants qui souhaitent se séparer de tous produits de substitution entre autre, et maintenir leur choix d’abstinence de tous produits modifiant le comportement.